fbpx

Il est huit heures quand les soixante-dix-neuf élèves de Tambohomandrevo entrent dans la salle pour l’habituelle séance de l’appel tous les matins. Ils ne vont pas rester bien longtemps en salle, ils vont s’éparpiller par petits groupes. Certains s’occupent des zébus, ou encore des poules pondeuses, d’autres du jardin botanique. Les filles et les garçons ont des modules complémentaires, ce matin pour les filles se sera cours de gestion domestique où elles apprennent à faire de la confiture de goyave. Pour les garçons se sera maçonnerie.

La Ferme École de Tambohomandrevo, un site d’Eau de Coco à Madagascar situé à Fianarantsoa, accueille des jeunes venant du milieu rural âgés de 16 à 23 ans. Cette année, l’école en est à sa 11ème promotion. Toute la scolarité est gratuite, les élèves paient juste une participation à titre symbolique. Les filles bénéficient d’un internat. Tous les apprenants prennent le déjeuner à la cantine de la ferme. Les pause-goûter et déjeuner sont des moments assez animés.

Le repas terminé, en attendant le sifflet de 13h30 qui marque la reprise des cours, les élèves jouent au foot ou au basket. L’après-midi, toujours en groupes, les activités sont diversifiées: certains élèves ont des cours théoriques en salle, d’autres se livrent aux tâches de l’agriculture. Certaines filles apprennent l’art de la vannerie et les garçons étoffent leur connaissance en menuiserie. La journée finit à 17h30.

A la sortie des onze mois de formation, beaucoup de ces jeunes veulent mettre à profit leurs acquis pour innover leur façon de cultiver la terre ou de s’occuper du bétail. En effet, la formation de Tambohomandrevo professionnalise les jeunes dans les domaines de l’élevage et de l’agriculture, les jeunes retournent donc en brousse pour s’installer et initier une activité d’élevage et/ou agricole.