Plus de 3,5 millions de mères et d’enfants de moins de cinq ans meurent malheureusement chaque année dans le monde à cause de la malnutrition avec de graves conséquences chez les enfants qui en souffrent avant l’âge de deux ans lorsque leur développement neuronal n’est pas encore arrivé à son terme.

Les conséquences d’une mauvaise nutrition pendant l’enfance persistent jusqu’à l’âge adulte, affectant les prochaines générations, car les adolescents et les femmes malnutris courent un plus grand risque d’avoir des enfants malnutris, des nouveaux nés à faible poids et prématurés, et elles ont plus de complication pendant l’accouchement, augmentant la mortalité maternelle et fœtale.

La malnutrition est causée par un apport alimentaire insuffisant qui ne fournit pas assez de nutriments, et/ou par des maladies infectieuses courantes, telles que la diarrhée, la pneumonie, le paludisme ou le VIH. Ces problèmes sont significativement plus fréquents au cours des deux premières années de vie, ce qui permet d’insister sur l’importance de la nutrition pendant la grossesse et sur la nécessité de prévenir la malnutrition dès la conception et surtout pendant les 24 premiers mois de la vie.

La malnutrition maternelle et infantile continue à être un lourd fardeau pour les pays à faibles et moyens revenus tels que Madagascar, car la malnutrition est un problème transgénérationnel, les pays ayant des taux élevés de malnutrition maternelle et infantile sont confrontés à un avenir incertain compte tenu de la santé de leurs travailleurs et les possibilités de développement plus faibles mettant en péril l’avenir économique du pays.

Madagascar souffre, en raison de sa pauvreté et de son développement minimal, de la malnutrition chronique, aggravée par le manque de ressources pour la fourniture de services de santé et d’éducation de base. C’est le quatrième parmi les 7 pays où l’indice global de la faim (GHI) de 2017 le positionne dans une situation extrêmement alarmante en raison de sa situation alimentaire. Sa grande richesse minérale, agricole et d’élevage, qui pourrait assurer une vie décente pour les malgaches, ne se traduit pas par un développement stable pour la population, en raison de la mauvaise gestion de la même et du taux élevé de corruption qui provoque que le peu de fonds gouvernemental destiné à financer les projets sociaux n’arrive pas à leurs bénéficiaires finaux.

Pour cela, la mortalité infantile est très élevée: pour 1000 enfants nés, 58 meurent avant d’atteindre 5 ans. L’une des causes de cette mortalité élevée est la proportion élevée (33%) de personnes souffrant de malnutrition dans l’ensemble de la population, et d’enfants de moins de 5 ans souffrant de perte de poids, 36% selon l’indice Global de la Faim 2013. Selon le Rapport Mondial sur l’Enfance de l’UNICEF en 2014, Madagascar se classe 46ème rang sur 197 pays.

Dans le cas de Madagascar, il est évident que dans le domaine de la santé, il reste encore beaucoup à faire pour atteindre (au moins pour franchir) les objectifs du Millénaire. À Madagascar, la situation s’est aboutie à la malnutrition chronique, en raison de sa pauvreté et de son développement minimal.
Pour faire face à cette situation, Eau de Coco lance une campagne qui vise à lever un fonds de 30 000 euros pour soutenir les projets suivants, qui sont liés à la lutte contre la malnutrition:

  • Centres d’éducation nutritionnelle, où 200 filles et garçons sont alimentés du lundi au vendredi.
  • Centre d’accueil pour les femmes du lundi au vendredi.
  • Appui aux cantines scolaires et à la formation professionnelle: Ecole et résidence des Saphirs, lycée et centre de formation professionnelle des Salines, École d’élevage de Mangily et Fianarantsoa, campings scolaires de Mangily et Fianarantsoa.
  • Production de Moringa
  • Achat de Plumpy Nut

Chaque coco compte !

Votre soutien est très important pour que nous puissions lutter contre la malnutrition qui sévit Madagascar, et vous associer à Eau de Coco est le meilleur moyen de pérenniser les projets sur le long terme.

  • Avec 16 €, nous pouvons nourrir un enfant pendant un mois.
  • Avec 23 €, nous pouvons offrir un service socio-sanitaire et de formation pendant un mois à une mère avec son bébé dans notre centre d’accueil.
  • Avec 33 €, nous pouvons offrir un traitement à base de Pumply Nut à une jeune fille.
  • Avec 70 €, nous nourrissons une fille de la résidence des Saphirs.