fbpx

La grossesse précoce est un fléau que nul ne peut ignorer à Madagascar. Dans la région d’Antsimo Andrefana, d’après un rapport de l’UNICEF, 48% des filles de 15-19 ans ont déjà donné naissance à au moins un enfant. Pour lutter contre ce phénomène, le gouvernement malgache et les organisations privées se sont unis depuis fort longtemps pour informer et aider les jeunes sur le plan intime.

Dans ce contexte, le Centre d’Art et de Musique ou CAM à Toliara a dédié l’Alahady Festival du mois d’août à cette thématique « Luttons contre la grossesse précoce ». Pendant 3 jours,  le sujet a été au cœur de toutes les activités  ludiques, sportives et artistiques proposées lors ce festival  qui s’est déroulé du 16 au 18 août.

Bien que l’éducation sexuelle soit souvent considérée comme un sujet tabou sur le plan social et culturel malgache, tous les groupes du CAM ont su aborder ce thème pour le rendre accessible au public à travers des représentations théâtrales, musicales, de cirque, de danses sportives et de capoeira. L’accent a été mis aussi sur les conséquences d’une grossesse prématurée. Ainsi, le public a été fasciné par l’utilisation de l’art utilisé à des fins d’information et éducation, plus particulièrement à l’attention des jeunes, sur ce thème.

Des sensibilisations sur ce thème ont été déjà entreprises, des semaines avant, par les équipes de terrain de l’ONG dans les centres comme l’Ecole des Salines, le foyer social, les centres d’éducation nutritionnelle et au CAM. Ces sensibilisations se sont déroulées en collaboration étroite avec des représentants de la Direction Régionale de la Population, de la Protection Sociale et de la Promotion de la Femme (DRPPSPF), ainsi que la Police des Mœurs et de la Protection des Mineurs ou la PMPM.

Nous espérons que le message ainsi véhiculé à propos des grossesses précoces aboutira à une évolution des comportements parmi les jeunes gens même si nous sommes conscients que cette lutte doit être menée au quotidien.