Pour célébrer la journée internationale des personnes handicapées, nous voudrions vous présenter des bons exemples d’intégration de nos bénéficiaires et salariés d’Eau de Coco. Ensemble, promouvons l’intégration !

– Françoise, 19 ans, bénéficiaire du Foyer Social

“À cause de ma voix, je me sens différente des autres. Mais ce sont mes études qui m’aident à avancer. D’ailleurs, j’ai eu mon diplôme de Brevet d’Étude du Premier Cycle l’année dernière comme tous les enfants !”

– Soafiavy, 18 ans, membre du groupe de capoeira Roda Malagasy et bénéficiaire du programme d’alphabétisation

“Ça fait une année que je fais partie du groupe de capoeira Roda Malagasy, ici au Centre d’Art et Musique. Intégrer ce groupe m’aide à me faire valoriser et respecter par des autres enfants de mon quartier, car ils me voient faire de la capoeira durant les festivals du centre. Ma bosse me rende plus difficile la mobilité mais ne m’empêche pas du tout de faire la capoeira”.

– Angeline, 13 ans, en classe de CM2 au Collège des Salines

“À l’école, il y a certains enfants qui se moquent de moi à cause de mon problème de vue. Mais les moqueries sur mon handicap ne sont pas des obstacles car mes études sont primordiales. Je fais de mon mieux pour avoir la moyenne et aussi pour atteindre mon rêve de devenir docteur”.

Léa, assistante en comptabilité d’Eau de Coco

“Étudier en étant sourde-muette n’est pas facile, mais pas impossible (Léa a une formation en comptabilité et gestion). Pour réussir, je me concentre sur ce que je fais”.

– Déonie, 18 ans et Maxon, 16 ans, bénéficiaires de la Ferme École d’Eau de Coco à Fianarantsoa et du Centre d’aveugles de l’association Ephata

“Nous sommes très satisfaits de la formation. Notre matière préférée est l’élevage”. “Mon but est de retourner en brousse pour avoir ma propre exploitation agricole avec un petit élevage”, remarque Maxon. “Pour moi l’objectif est de devenir professeur d’élevage pour être comme les autres qui ne sont pas handicapés », dit Déonie.

X